Il y a 100 ans

 

IL Y A CENT ANS, LES CHEVRES AUSSI PARTAIENT AU FRONT

 

Les caprins ont aussi participé à la Grande Guerre comme mascottes officielles, en accompagnement quotidien des soldats.

 

 

images.jpg

 

 

Une-chèvre-pour-Mascotte.jpg

 

  

154c.jpg

ci-dessus

membres du Corps expéditionnaire canadien lors de la Première Guerre mondiale avaient leurs mascottes, dont on peut voir un exemple.

 

 Il d'usage dans certains régiments anglo-saxons d'avoir un bouc comme mascottes. Ainsi le bouc Taffy a reçu une "carotte d'honneur" lorsqu'en 1969 le Premier régiment du Pays de Galles a fêté son 250ème anniversaire. Ce bouc blanc, issu d'une longue lignée, était docoré comme ses aïeux de la Grande Guerre : cornes ornées de boules blanches, manteau rouge richement brodé, et au front ou au cou le médaillon doré des armes du régiment.

 

 

L'origine de cette tradition n'est pas révélée, tandis que celle des boucs mohair de l'US Navy est plus connue : les marins, chargés de faire empailler une chèvre auraient été détournés du chemin du taxidermiste par un match de football opposant la marine à l'Armée de Terre en 1890. Il se seraient couverts de la dépouille, galvanisant la foule et favorisant la victoire de l'équipe de la Navy. C'est ainsi que de nombreux boucs posent sur les navire américains.

 

Les chèvres, un rappel du temps de la paix et de la famille.

 

Les Allemands ne sont pas en reste : un Cliché montre Guillaume II au milieu des officiers grenadiers de la garde et de leur bouc mascotte, arborant lui aussi son blason sur le front. Mais l'usage symbolique du bouc est ambivalent : s'il est positif comme mascotte institutionnelle de régiments. Il devient négatif pour personnifier l'ennemi , le "boche" Dans le pays de France de 1916, une photo montre le régiment de fusiliers néo-zélandais coiffant son bouc d'un casque à pointe.

 

De nombreuses autres photos et articles de presses montrent des chèvres seules, mascottes occasionnelles, accompagnant les soldats durant leur quotidien en dehors des périodes de combats. Le Drapeau de 1917 légende ainsi la vue d'une chèvre blanche entourée de soldats : "C'est la mascotte des soldats de Verdun, la petite chèvre blanche qui promène sa robe immaculée au milieu de toutes ses horreurs et de tout ce sang".

 

 image.jpg

 

                             la-chèvre-pour-mascotte.jpg

 

ch19_armee.jpg

 

 

Les troupes françaises ne sont pas les seules : britanniques, russes et canadiens posent en compagnie de chèvre. Mais la multiplications des chèvres adoptées comme mascottes occasionnelles dépasse le symbolique. La chèvre permet ainsi aux soldats de renouer avec le vivant, avec les animaux de leur ferme, avec le monde familial et avec la paix ; une présence de substitution au sens réel et métaphorique.

 

téléchargement.jpg

 

Mes boucs aurait fait fureur il y a 100 ans

 

20131210_144555.jpg

 OURT

 

20131210_144655.jpg

 DIAMANT

 

oie_oie_framed_it.png

 BLACK



18/04/2015
4 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres