ENZO "La Décision"

 

 

La décision

 

 

 

 

 

Quand le moment vient, une décision peut être prise afin de mettre fin à la vie de l’animal délibérément, humainement et dignement. Souvent ce choix, qui est un bienfait, s’accompagne aussi d’une grande responsabilité et d’une grande Tristesse.

Les amitiés qui nous ont été si chères, ne se transforment pas si aisément en de tendres souvenirs. Nous voulons que nos petits amis vivent mais nous voulons aussi leur épargner douleur et indignité. Nous espérons choisir sagement le moment de leur disparition ; reconnaître le moment où leur maintien en vie ne sert qu’à différer la douleur de leur perte. On ne peut pas leur imposer de souffrir car de toute évidence notre décision est prise pour nous afin de nous épargner d’être torturé par le doute et la culpabilité « Ai-je le droit de lui imposer cette vie qui n’est pas celle d’un caprin, qui sautille au milieu des siens, qui vit dort auprès d’eux comme la nature le veux, passer des moments à se battre cornes contre cornes pour montrer sa dominance ».

Bien que quelquefois le chemin à suivre soit relativement clair, c’est souvent très difficile de décider quand une vie doit s’arrêter. Dans ce cas, la réponse aux questions suivantes peut aider à clarifier le problème : 

Quel est le pronostic ? Peut-on espérer une amélioration et de quelle importance sera-t-elle ? Le traitement s’accompagnera-t-il de douleur, d’inconfort ? On doit trouver le juste milieu entre les deux.

Non ! pour Enzo il a déjà eu 1an de sursis dû à son accident survenu « fracture du bassin, même à ce moment-là 5 à 6 mois allongé il ne se relèverait pas suivant l’avis du vétérinaire, mais je n’ai pas pu baissé les bras et lui non plus, il a remarché handicapé certes, mais il tenait sur ses quatre pattes et vivait enfin comme un bouc. Protéger toujours avec moi, il savait qu'il ne devait pas aller de l'autre côté de la barrière.

Dans combien de temps peut-on s ‘attendre à ce que son état progresse ?  Aucuns espoirs : Diagnostic Enzo ne marchait plus depuis 15jours et il a fallu reprendre les bibis, le laver etc….rester à ses côtés lui parlait le caresser, lui donner de la présence il n’aimait pas rester seul et quand ils sont malades ils ne veulent pas être seul. Je passais de longues heures à lui parler de nous de tout et de rien et je lui disais t'inquiète pas ! mon je serais tjrs là, et je ne t'oublierais jamais.

 

 

Est-ce que les soins à prodiguer à l’animal au domicile pourront l’être par leurs propriétaires ?  Pas de soins qui l’aiderait  à aller mieux Enzo avait une Tumeur au niveau des Cervicale juste à l’arrière de ses cornes il ne levait plus la tête, la douleur l’envahissait même quand je lui donner le bibi, les piqûres anti douleur, je devais en faire plus et cela n’aurait rien changé il était en train de mourir. Beaucoup de personnes trouvent très gratifiant de s’occuper de leur animal en fin de vie, mais cela peut aussi être difficile et stressant, et source de frustration et de culpabilité. Moi c’est la décision la plus dur que j’ai dû prendre c’était mon Bébé il était à moi.

 

La question est plutôt de savoir si la douleur et la détresse sont plus fortes que le plaisir de vivre. Mais les animaux sont souvent très stoïques et montrent peu de signes extérieurs de souffrance. C’est faux pour ma part j’ai vu dans ses petits yeux noirs qu’il savait ce qu’il allait se passer, du moins je l’ai ressenti de cette façon « Il m’a regardé et sans douleurs il s’est endormi à jamais sur mes jambes », je suis restée à ses côtés toute la matinée, il a eu tout ce qu'il aimait (maïs, biberons de lait de chèvre Chaussette me donnait du lait pour lui, feuille de chêne, pain et des câlins remplis de joie et de tristesse (Au fond de moi  je savais que je n'avais pas le droit de lui imposé cette vie). Mes pensées et mes larmes ont été pour lui jusqu'à la fin de son soupir. 

 


 

LUNDI 22 AVRIL 2013 ENZO EST PARTI POUR UN AUTRE MONDE

J’AI PRIS CETTE DECISION POUR LUI ET POUR MOI .

LE VOIR SOUFFRIR M’A RENDU MALADE ET SAVOIR QUE JE NE POURRAIS PAS LE SAUVER A ETE LA DECISION LA PLUS DURE QUE J’AI DU AFFRONTER, J’AI REVECU LES MEMES INSTANTS QUE J’AI RESSENTI POUR MA BALOU.

 

ENZO AURAIT EU 1AN LE 20 MAI 2013

 


 

 N'oubliez jamais que vous les avez aimait  leurs rendre hommage n'est pas un signe de faiblesse mais une reconnaissance envers ses petits être que je protège de tout mon coeur.

Jusqu'à la fin de leur dernier soupir ils ont besoins de vous et vous d'eux.

  


 

 

MERCI A SOLEILVIE POUR SES MERVEILLEUSES

PHOTOS D'ENZO




28/04/2013
6 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres