Balou Notre Histoire

 

 

 

domi balou1 (1).gif

 

 

 

 

 balou.jpg

 

 

 

 

Je voulais une chèvre, pourquoi !!! un besoin, je le sentait en moi, (mon arrière grand-père était chevrier). L'occasion c'est trouvée, partant pour allée la chercher j'ai été surprise de la voir.

Elle ne me connaissez pas ! elle est venue sans hésitation vers moi, là j'ai su que c'était "Elle" qui allait m'apprendre ce que sais d'aimer et respecter un animal. 

Les gens idiot pour ma part dise (bête comme un animal), mais détrompé vous, ils sont très intelligents, vous leurs faites du mal, ils trouvent le moyen de vous pardonner, mais attention cela ne dure qu'un temps, à répétition il s'éloignent de vous et s'isolent même du groupe.

avec 'elle je n'ai jamais eue de soucis , il n'a pas fallu moins d'une minute pour que nous soyons liées ttes les deux jusqu'à qu'elle ferma ses beau yeux amande pour toujours.

 

Notre histoire a commencé au mois de Juillet 2008 et pris fin juillet 2009.

 

Balou ne m'a plus quitté pendant cette période faite de bonheur et de tristesse, quand je rentrais le soir ou le matin du travail elle savait que c'était moi (rien qu'au bruit de la voiture, elle venait m'attendre devant le portail), à ce moment là je voyais dans ses yeux la joie ainsi que dans les miens, elle attendait le petit bisou sur le nez, le petit grattage sous le menton et me suivait partout.

Un lien si fort était né entre nous que je n'y croyais pas moi même.

 

Balou n'est pas arrivée seule il y avait Djoudjou (avec ses deux chevreau), comme vous le savais un article sur Djoudjou explique sa tragique disparition (volée).

 

Balou ne m'a jamais fait de petits (ils sont morts à la naissance), 

 

Ma Balou est tombé malade d'une occlusion intestinale et ce fût notre combat à toutes les deux, acharnement médical, soins intensif le veto à tous essayé jusqu'au jour ou il me dit qu'il faut arrêter car cela finira par la tuer (trop de médocs) il faut que tu la laisse partir en paix.

 

Eh bien Non je n'ai pas baissé les bras j'ai arrêter ts traitement mais j'ai donner ts mon amour pour qu'elle survivre,

1mois à dormir à même le sol avec elle, sans la quitter, la faisant boire à la seringue, lui donnant brindille d'herbe une par une,

et ts les jours le même rituel 3 ou quatre pas dans la journée, Non je ne l'ai pas quitté même pas pour aller au travail.

 

Au bout d'un mois et demi Balou c'est couché la tête sur mon cou, et c'est ce soir là qu'elle a récupérer (pour cette maladie la mort est inévitable fatigue manque de nourriture, et douleur ne pouvant pas faire ses besoins), le lendemain elle recommença, à poser sa tête sur mon épaule et dormir un peu plus, cela dura jours.....

 

Et puis un matin en me levant je me sentais mouillée et Balou était debout me regardant, sans oublier de manger son herbe fraîche que je lui avait préparer la veille.

 

J'ai compris à ce moment que je l'avais sauvé, mais pas tte seule elle aussi c'est battue.

Mon véto à dit Domi va mettre un cierge à Lourdes car je n'ai jamais vu ça d'autant plus qu'il avait été clair avec moi dés le départ.

 

1 ans après ma Balou c'est cassée le Fémur et là j'ai du la faire euthanasié, jamais je n'ai regretter de l'avoir sauvé ne serait-ce qu'une année de plus, elle m'a apporté plus que certaine personne, et je vous assure un animal voit dans vos yeux quand vous pleurer, quand vous êtes triste, et quand il faut prendre la décision.

 

je l'ai accompagnée jusqu'à la fin, et il m'a fallu 3 jour avant de l'enterrer, elle est tjrs là auprès de moi et auprès de ste Rita.

 

Ne baisser jamais les bras, pour vos animaux, aller jusqu'au bout des choses, donner et vous recevrez toujours de leur part une chose certaine l'Amour.

 

 

 

 

 

gif-colombe.gif

 

Merci Florence

 

Mon Paradis

 

Sais tu qu’il y a un paradis pour les caprins ? Eh oui, dans une autre dimension astrale,Il y a un nid douillet rempli d’amour pour nous.Il y a de l’herbe à profusion, des graminées,Et même quelques croûtons de pain.Je suis bien là où je suis, je suis bien entourée.Toutes les caresses, les tendres affections. Que tu m’as offertes, je les ai emportées avec moi.La plus importante des choses que tu dois savoir, C’est qu’il y a une ouverture dans les nuages D’où je peux te voir. C’est comme si tu étais avec moi. D’ ici je peux prendre soin de toi en pensée.Il m’est impossible de t’oublier.Ton image e ta gentillesse sont gravées dans mon cœur.Si un matin,tu te réveilles avec un sourire aux lèvres,Et un bêlement dans les oreilles, C’est que dans tes songes, je t’aurai rendu une petite visite.Merci pour ton amour.Je t’aimerai éternellement.Ta biquette Balou 
Il ne faut pas retenir son chagrin lorsque notre bouée affective à quatre pattes nous 
quitte. La peine due à son décès est intense parce que lien qui nous unissait à 
cet être sensible et vulnérable qui attendait tout de nous s’apparentait à de 
l’amour inconditionnel.En effetnous sommes responsables d’eux et en échange ils nous offrent sans compter leur 
affection, leur protection, leur temps, leur liberté. Leur perte est 
douloureuse car c’est souvent tout un pan de notre vie qui part avec eux 
puisqu’ils ont accompagné le cours de maints événements familiaux.Il ne fautpas avoir honte de notre affliction et la partager avec des gens qui ont vécu 
cette douloureuse séparation et sauront nous réconforter.



11/03/2017
3 Poster un commentaire
Retour à tous les articles

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 32 autres membres